La majorité des présidents et des directeurs techniques des clubs de judo du département ont assisté aux aléas de leur Assemblée Générale départementale avec bonhomie. Faut-il regretter cette apathieapparente ou la saluer ?

Dans le cadre de leur club, de leurs activités, sont-ils prêts à se satisfaire d'approximations, de négligences, de concessions ?

Je pense que, même avec des débutants, ce n'est pas la bonne méthode et avec des pratiquants confirmés, c'est à bannir. Un brin de rigueur n'empêche pas la bonhomie, ni le sourire et la bonne humeur.

Pour certains d'entre nous, ce serait même la condition nécessaire.

Mais le Judo actuel a-t-il besoin de rigueur pour être attractif ? ou de "bonhomie" pour se fondre dans la vague du "laisser-aller" qui l'entoure ?

 

Ma préconisation:

Rigueur avec soi-même

Bonhomie avec les autres

(plutôt que l'inverse)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir