Kano Jigoro senseï, le fondateur du Judo, à la suite d’une longue expérience dans différents arts martiaux, enseignait à ses élèves d’abord des techniques. Elles étaient regroupées dans le gokyo no kata en 5 familles (go=5) de 8 techniques, soient 40 techniques différentes en tachi waza (debout). S’y ajoutait le ne waza (sol). Au bout de cet apprentissage, on pouvait accéder à la Ceinture Noire. Les 5 ceintures de couleur (j,o,v,b,m) évoquent évidemment  le gokyo.

Une fois entré dans le cercle des initiés, les Ceintures Noires, on découvrait les principes à travers Itsutsu no kata, qui était confidentiel, réservé aux hauts grades.

Aujourd’hui, on enseigne les principes aux débutants en négligeant le gokyo que peu de Ceintures Noires connaissent encore.

Cette entorse à la tradition n’est pas caractéristique du Judo.

Est-ce un égarement ?   Une évolution utile ?  Une adaptation à la vie moderne ?

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir