Imprimer

Les fins d’années sont souvent propices aux « bonnes résolutions ».

A la fin de l’année civile, fin décembre, d’aucuns se résolvent à

A la fin de l’année scolaire, fin juin, les sportifs se fixent plutôt des objectifs pour la saison à venir.

Pour les sports collectifs, ceux-ci sont souvent … collectifs

Pour les sports individuels comme le notre cela peut être

Pour nous, ces bonnes résolutions comme les objectifs ne sont pas toujours atteints.

Peut être par manque de courage, de persévérance. Ils sont parfois trop élevés ce qui peut s’apparenter à un manque de modestie voire de sincérité avec soi même.

Cela peut également être considéré comme un manque de politesse envers ses partenaires, voire de respect envers ses professeurs et surtout envers soi-même.

Si l’on possède suffisamment de contrôle de soi pour ne pas céder au découragement et aux mauvaises excuses, on peut espérer honorer ses engagements. Les liens de partenariat avec ses uke et d’élèves à professeurs peuvent alors, par l’alchimie du sport, se transformer en liens d’amitié.

Pour la rentrée, on compte sur vous les amis